Séjours et croisières plongée Croatie – Dubrovnik

La côte dalmate commence là où émergent les rochers escarpés dans une mer bleu azur… Une culture millénaire et une nature pittoresque caractérisent une forte unité sur cette côte paradisiaque longue de 450 km au bord de l’Adriatique.

Croatie – Dubrovnik

Les Immanquables‏ - general

 

 

Le nord de la Dalmatie embrasse la région autour de Zadar, une ville riche en attractions. La vieille-ville de Zadar est avant tout un musée vivant à ciel ouvert, dans lequel est située à côté des ruines du forum romain, la remarquable église ronde de St Donat. La Dalmatie centrale se situe dans la région autour de Split, l’île Brac et Hwar inclut. Les visiteurs trouvent avant tout sur les îles des plages idylliques.

À Split, la plus grande ville de Dalmatie, l’art et la culture fleurissent, et les possibilités variées d’achat invitent aux longues ballades. L’empereur romain Dioclétien a fondé la ville : son palais bien conservé charme aujourd’hui de nombreux visiteurs. La Dalmatie est délimitée dans le sud par la rivière Dubrovnik qui entoure la ville du même nom. La « perle de l’Adriatique » est entourée d’un mur fortifié qui suggère une ballade autour de la vieille ville pittoresque.

Le noyau de la ville historique, patrimoine mondial de l’UNESCO est protégé. La presqu’île de pin de Lapad se trouve tout près. C’est un bijou verdoyant de cyprès et d’oliviers où l’on peut passer la journée dans un des nombreux restaurants et cafés.

À Dubrovnik, la « Bourbon-Street », avec ses nombreux bars, propose une ambiance agréable digne de la Nouvelle-Orléans des années 50, dans un décor pittoresque.

Infos et formalités :

– Aucune vaccination particulière exigée
– Electricité : 220 V
– Décalage horaire = non
– Climat : La période la plus agréable se situe entre mai et octobre. C’est en juillet et en août que les températures sont les plus chaudes.

Pays Croatie
Superficie 56594 km2
Langues parlées‏ Langue officielle : croate, mais l’anglais et l’allemand sont pratiqués
Monnaie‏ Kuna
Formalités de police‏ Carte d’identité ou passeport en cours de validité

Culture et histoire

Culture & history

La Croatie fut, tout au long de son histoire, au carrefour de quatre grands espaces culturels, ce qui confère une richesse à son patrimoine, tant architectural qu’artistique.

Outre le caractère slave de ses habitants qui remonte à la fin du vie siècle, la Croatie a subi les influences vénitiennes sur la côte dalmate d’une part, et les influences austro-hongroises dans les plaines du nord de Slavonie et dans le bassin du Danube d’autre part. Cet héritage vient se superposer à celui préroman – romain et byzantin – plus diffus mais auquel elle doit sa tradition chrétienne.

Le voisinage immédiat de l’Empire ottoman, du xve au xixe siècle, dont l’expansion s’est arrêtée en terre croate, a également eu son importance. Premier peuple slave christianisé, dès le début du VIIe siècle, les Croates sont encore aujourd’hui très majoritairement de confession catholique. La Croatie contemporaine est également l’héritière du Royaume croate médiéval, d’abord indépendant puis associé en 1102 à la couronne hongroise puis intégré, en 1527, aux terres des Habsbourg, devenues l’Autriche-Hongrie de 1867 à 1918. Au début du xve siècle, la province côtière de Dalmatie devint vénitienne pour quatre siècles, puis française de 1809 à 1814, au sein des Provinces illyriennes qui mirent fin à la république de Raguse.

Les Croates aspirèrent à la formation d’un Royaume de Croatie-Slavonie-Dalmatie, dans le cadre de la monarchie austro-hongroise, mais l’accord austro-hongrois de 1867 laissa le Royaume de Dalmatie à l’Autriche, tandis que le Royaume de Croatie-Slavonie demeura en union personnelle avec Hongrie, relation spécifique respectant les subjectivités politiques des deux royaumes, et comparable au lien unissant l’Ecosse et l’Angleterre.

La côte adriatique a longtemps été peuplée de colons italiens qui érigeront des villes en républiques indépendantes avant de se soumettre à Venise. Néanmoins ces latins resteront principalement sur les côtes s’aventurant peu à l’intérieur des terres peuplées de Slaves.