Séjours plongée Lanzarote

Lanzarote – si l’on exclut l’îlot inhabité de Roque del Este – est l’île la plus orientale de l’archipel des Canaries situé dans l’océan Atlantique, au large des côtes africaines. L’île se trouve à 1 000 km de l’Espagne continentale au nord-est et à 140 km des côtes marocaines au sud-est. Fuerteventura se trouve au sud-ouest. L’île mesure environ 60 km de long pour 25 km de large. La côte, essentiellement rocheuse, s’étire sur 213 km mais compte tout de même 26 km de plage.

Canaries - Lanzarote

D’une superficie de 845,94 km2, l’île culmine à 670 m d’altitude Peñas del Chache (670 m). D’origine volcanique, une grande partie des roches en surface sont récentes d’un point de vue géologique, en raison de la grande activité de ses volcans au début du XVIIIe siècle. Le Tunnel de l’Atlantide qui se trouve non loin des côtes de Lanzarote est le tunnel de lave sous-marin le plus long du monde. Le Parc National de Timanfaya, constitue une réserve de biosphère de l’UNESCO depuis 1993.

Le paysage volcanique, les températures chaudes, les superbes plages sauvages, les petites criques et les falaises gigantesques font de Lanzarote un paradis pour les vacanciers toute l’année. Avec une réserve marine, un parc national et douze zones naturelles protégées, nul doute que la beauté authentique de Lanzarote est à couper le souffle !

Contrairement aux autres îles de l’archipel des Canaries, Lanzarote a su garder son coté sauvage. C’est dû en grande partie au génie de l’artiste César Manrique, qui a joué un rôle important dans le croissance du tourisme à Lanzarote, s’assurant que tout développement se fasse en préservant la beauté du paysage de l’île.

Avec du soleil toute l’année, Lanzarote est une destination idéale. Les températures descendent rarement en-dessous de 17°C l’hiver et peuvent atteignent 32°C degrés l’été, avec la pluviométrie la plus faible d’Europe (moins de 200 mm par an).

Les sites de plongée

La douceur du climat de l’île, la richesse de sa flore et de sa faune marines, l’inégalable relief côtier ainsi que ses fonds marins, font que les amoureux de la plongée découvrent à Lanzarote un authentique paradis sous-marin, capable de donner satisfaction aux plus exigeants.

Lanzarote possède des caractéristiques extraordinaires, grâce à une énorme amplitude de fonds à faible profondeur et la chaude température des eaux toute l’année, avec une visibilité allant jusqu’à 40 m, ce qui permet de réaliser tous types de plongée.

C’est tout un spectacle que de contempler des mérous, des raies, des murènes, une multitude d’espèces autochtones, remarquables par la variété de leurs formes et de leurs couleurs !

INFOS PRATIQUES

DECALAGE HORAIRE : Une heure de décalage en moins avec la France.

CLIMAT: L’archipel se caractérise par un climat clément toute l’année. Les températures sont adoucies grâce aux alizés qui rafraîchissent le bord de mer.

HIVER: air 21°/ eau 18° et Eté : air 32°/ eau 24°

– Aucune vaccination nécessaire
– Electricité : 220 V (Prises européennes.)
– Décalage horaire : + 1h
– Climat : De type méditerranéen modifié par les influences africaines que sont les vents secs et les alizés. Étés généralement très chauds secs. Hivers chauds et humides.

Pays Espagne, Archipel Îles Canaries
Superficie 845,94 km2
Langues parlées‏ Espagnol, Français, Anglais
Monnaie‏ Euro(EUR)
Formalités de police‏ Carte d’identité ou passeport en cours de validité

L’histoire de Lanzarote est une combinaison de cultures et de races, dans une lutte constante pour surmonter les barrières de l’éloignement insulaire et de la manque d’eau dans l’île.
L’île de Lanzarote était déjà connue dans l’Antiquité. Elle fut visitée par les Phéniciens qui venaient y chercher la orchilla, la précieuse teinture rouge qui pousse sur les roches orientées au nord de l’île.

Lanzarote fut ensuite habitée par des Berbères, il y a plus de deux mille ans. Ces habitants – les Majos – vivaient de pâturage, de pêche et d’agriculture très limitée.

En 1312, le navigateur génois Lancelot Maloisel redécouvrit l’île de Lanzarote pour l’Europe et lui donna son nom actuel (Lancerotto), qui apparaît pour la première fois sur la carte d’Angelino Dulcert en 1339. Pendant les cinquante années qui suivirent, plusieurs expéditions, ou plutôt razzias, furent organisées à la recherche d’esclaves, de peaux et de teintures. Commence alors le déclin de la population aborigène.

En 1377, Ruiz de Avendaño, commandant corsaire de la flotte castillane, fait naufrage après une tempête sur l’île de Lanzarote, où il est reçu par le roi Zonzamas qui lui offre l’hospitalité du lit de la reine Fayna. De cette relation naîtra la princesse Ico, blanche et blonde, mère du dernier roi de Lanzarote, Guardafia. En 1393, le noble castillan Almonáster arrive à Lanzarote. Lorsqu’il retourne dans la péninsule Ibérique, il ramène avec lui des autochtones et certains produits agricoles. Il s’ensuivit un déclin démographique pendant le XIVe siècle, si bien que lors des premières expéditions de conquête, la population était en net recul.

Situées à un endroit stratégique du vaste empire espagnol du XVème siècle, les Canaries devinrent une plaque tournante du commerce et de la coopération culturelle avec les nouvelles terres d’Amérique, en consolidant les relations avec les pays d’Europe comme le Portugal, l’Angleterre ou la France.
Puis, Lanzarote devient un domaine féodal et commence une étape de grandissement un peu timide, marquée par des turbulences causées par la fragilité économique et les attaques fréquentes des pirates. Cadix finira par abolir la Seigneurie en 1812.

L’histoire moderne de Lanzarote connaîtra ensuite un changement majeur : « Le 1er septembre 1730, entre les neuf heures et les dix heures du soir, la terre s’ouvrit à Timanfaya, à deux ligues de Yaiza… et une énorme montagne s’éleva du sein de la terre », selon le témoignage du curé Lorenzo Curbelo. L’île se transforma entièrement : dix villages furent enterrés (Tingafa, Montaña Blanca, Maretas, Santa Catalina, Jaretas, San Juan, Peña de Palmas, Testeina et Rodeos) et pendant six ans la lave s’étendit au sud, couvrant un quart de l’île et recouvrant les plaines alentour de cendres volcaniques.

En 1824, les éruptions reprirent à Timanfaya. S’ensuivirent de terribles famines et une bonne partie de la population se vit obligée d’émigrer. Les habitants de l’île, exacerbés par des siècles de lutte contre la survivance, ont fini par créer un modèle unique d’agriculture dans le monde grâce à l’utilisation de leurs cendres volcaniques. Ces cultures ont permis d’augmenter la production et les exportations. La culture de Orchilla ou cochenille y fut également prédominante.

Cependant, Lanzarote resta toujours précaire, jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. Ce boom économique a coïncidé avec les profonds changements politiques et sociaux que la société canarienne et espagnole ont vécu au cours des trente dernières années. D’abord, grâce à une croissance de l’ industrie de pêche liée à la richesse du milieu marin de la côte saharienne.
C’est à ce moment-là que le tourisme a connu un développement spectaculaire grâce à César Manrique.

Cet artiste a mené une série d’activités liées à l’esthétique des sites naturels de l’île, en combinant une architecture moderne et la préservation de l’environnement. Lanzarote est devenue aujourd’hui une destination touristique de choix.